Jour 4

Jour 4


Betsy et moi nous réveillons doucement à une heure de la matinée déjà bien avancée. En même temps lorsque l’on s’endort avec le soleil, il est logique de se réveiller tardivement. Surtout que lorsque l’on voyage, une sorte de fatigue se fait très vite sentir ! Nous tombons très rapidement des nues lorsque nous finissons par apercevoir les hauts sommets qui entourent Innsbruck. Voir cette neige scintillante sur les sommets nous apporte directement un regain d’énergie.

20160331_094442

Tout en admirant ce splendide paysage nous reprenons donc notre route. Le vent souffle d’une telle force, mais heureusement le soleil vient très vite réchauffer notre naissante chair de poule ! Dans ce même temps notre groupe s’agrandit avec la rencontre de Quentin.

20160331_115213

Et c’est avec une grande tristesse, une heure plus tard, que je quitte ce formidable groupe (un homme voulait bien me prendre en stop mais il lui était impossible de tous nous emmener) pour poursuivre mon chemin. Allez savoir pourquoi, après seulement quelques kilomètres je me met à pleurer. Surement de joie, mais aussi de nostalgie de ne plus avoir d’aussi bons compagnons. Mais comme dirait un vieux dicton: «chacun sa route» !

Après une courte sieste dans la voiture de mon cher bienfaiteur, j’arrive enfin à Salzbourg. Très rapidement je suis dans des jardins d’une telle beauté. C’est tellement romantique que j’ai envie de trouver immédiatement l’âme sœur et de lui faire ma demande en mariage. Puis sortant de mon rêve, je me rappelle que je suis seul ! Bon allez, fini les chimères, passons à autre chose. Observons maintenant les rives du Salzach.

20160331_160112
rive droite du salzach
20160331_160115
rive gauche du salzach

Pour rester dans le romantisme, nous pouvons apercevoir que les divers ponts sont remplis de cadenas d’amour.

Padlocks of love on a bridge on Salzach River, Salzburg, Austria

Et, encore une fois, rien qu’à la vue de ces symboles de passion, je me remet à penser à l’âme sœur ! Et après cette longue balade, je commence à avoir des doutes : sur ce que je fais, mes objectifs,ma destination ! C’est en voulant combattre ces inquiétudes que je me décide donc à continuer ma route avec l’envie d’aller à Bratislava ! Instantanément mes doutes partent et c’est l’esprit plus léger que je quitte ce « Paris Autrichien ».

Alors que je pensais ne plus avoir de surprises, je fais la rencontre de Ehran : Un homme qui m’étonna par bien des aspects. En effet au bout de quelques minutes celui-ci me demande où je dors. Naturellement il m’invite alors dans son humble demeure à Sankt Pölten à quelques dizaines de kilomètres de Vienne ! Je suis alors reçu de la meilleure manière possible : je mange à ma faim, prend une douche et dors dans un lit des plus douillets. En m’endormant, un grand sentiment de bienveillance m’entoure alors !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *